Latest News: CCES Doping notice 2009/3/15

TUE Requirements for '07 Pan Am Games:

English
http://www.cces.ca/forms/index.cfm?dsp=template&act=view3&template_id=194&lang=e&news_id=70
French
http://www.cces.ca/forms/index.cfm?dsp=template&act=view3&template_id=194&lang=f&news_id=70

NSF Certified For Sport Program/Certifié pour le sport

- US Archer suspended for refusing test
 

Page Web antidopage de la FCA

AVIS
 
Liste des interdictions 2006 de l’AMA - Résumé des principales modifications
 
(Ottawa, Ontario – le 3 octobre 2005) – Le Centre canadien pour l’éthique dans le sport (CCES) tient à informer la communauté sportive canadienne des modifications les plus importantes qui paraîtront dans la Liste des interdictions 2006 de l’Agence mondiale antidopage (AMA). La nouvelle liste d’interdictions remplacera la Liste des interdictions 2005 de l’AMA à compter du 1er janvier 2006.
http://www.cces.ca/forms/index.cfm?dsp=template&act=view3&template_id=194&lang=f&news_id=52
 

Bienvenue à la page Web antidopage de la FCA. Cette page a pour but d’aider tous les membres et tous les archers canadiens à obtenir de l’information sur les règles antidopage et les enjeux d’intérêt pour diverses organisations.

La création de l’Agence mondiale antidopage (AMA) en 1999 a entraîné des changements draconiens dans la lutte contre le dopage. L’AMA est devenue la seule organisation internationale responsable des règlements et des exigences en matière de lutte contre le dopage pour tous les sports. L’AMA a publié la version finale du Code mondial antidopage en février 2003. Le Code établit les règles de base de lutte contre le dopage et du contrôle antidopage que doivent suivre tous les autres organismes. Le nouveau Code a influencé les règles de plusieurs autres organismes, et les principes mis de l’avant dans le Code constituent des exigences obligatoires pour tous les sports et tous les pays qui désirent continuer à participer à des compétitions internationales telles que les Jeux olympiques.

Au Canada, l’organisme principal responsable de la lutte contre le dopage est le Centre canadien pour l’éthique dans le sport (CCES). Le CCES a établi les règles et les politiques pour tous les athlètes canadiens, et mène presque tous les tests de contrôle de dopage effectués au Canada. Les règles du programme de contrôle antidopage du Canada du CCES sont conformes au Code de l’AMA.

La FITA est l’organisme international responsable du tir à l’arc. Les règles antidopage de la FITA ont été modifiées afin d’être conformes au Code de l’AMA.

Pour plus de renseignements sur les organismes ci-dessus et les règles antidopage qui vous concernent, cliquez sur les liens suivants :

Page d’accueil de l’AMA http://www.wada-ama.org/en/t1.asp

Page d’accueil du CCES http://www.cces.ca/

Page antidopage de la FITA http://www.archery.org/doping/doping.html

Renseignements généraux

Voici quelques commentaires généraux sur l’application des règles de contrôle antidopage et quelques points dont les membres et les participants doivent tenir compte.

Vous avez la responsabilité de connaître et de respecter les règles qui vous concernent, quel que soit votre niveau de participation ou de compétition. Bien que le dopage soit peu fréquent au tir à l’arc, toutes les infractions sont prises très au sérieux et ont des conséquences graves. Les drogues ou autres substances peuvent ne pas avoir été ingérées dans le but d’obtenir un avantage en compétition mais certaines substances contenues dans l’organisme peuvent donner lieu à un test de dopage positif (qui porte le nom de résultat analytique défavorable). Les règles antidopage fonctionnent selon le principe de la « responsabilité absolue » où l’intention d’obtenir un avantage ou de doper n’a rien à voir avec le résultat du test de dopage. Les règles sont rédigées de façon à ce que la présence d’une substance interdite dans l’organisme entraîne automatiquement une infraction de dopage (le concept « d’innocence jusqu’à preuve du contraire » ne s’applique pas). Le fait de ne pas connaître les règles peut entraîner une infraction de dopage et des sanctions. Même si la drogue est prise pour des raisons médicales, vous devez en déclarer l’utilisation aux autorités concernées afin d’éviter une infraction de dopage si vous devez subir un test de dopage.

La majorité des tests antidopage visent surtout les archers et les athlètes de calibre élevé mais certains tests inopinés peuvent être effectués lors de différents tournois, de sorte qu’il peut arriver que des archers « récréatifs » subissent des tests de dopage. Les tests ne sont pas destinés uniquement aux membres d’organismes, d’équipes nationales ou aux membres « Excellence ». Vous pouvez être choisi même si vous n’avez pas signé de formulaire autorisant le test. Si vous êtes choisi, vous devez accepter de subir le test sinon vous serez passible des sanctions pour avoir refusé de subir le test. En raison de la possibilité d’être choisi pour subir un test de dopage, tous les archers se doivent de connaître et de respecter les règlements.

Sachez que plusieurs médicaments en vente libre, remèdes à base d’herbes et suppléments alimentaires peuvent entraîner un résultat de dopage positif. Les remèdes à base d’herbes et les suppléments alimentaires, notamment, posent un risque pour l’athlète car ils ne sont soumis à aucune réglementation sévère. Si vous prenez ces substances, sachez que l’étiquette ne rapporte pas nécessairement le contenu exact du produit.

Certains médicaments sous ordonnance sont interdits dans tous les sports, et certains ne sont interdits qu’au tir à l’arc. Si le médicament est nécessaire pour des raisons médicales, les athlètes peuvent demander une exemption pour usage thérapeutique, dans certaines circonstances. Pour obtenir une telle exemption, le médecin prescripteur doit remplir des formulaires qui précisent la nécessité médicale de la substance en question, et ces formulaires doivent être remis aux autorités concernées aux fins d’approbation. En ce qui concerne les archers canadiens, l’exemption est accordée surtout par le CCES. Quelques rares archers de haut niveau font leur demande d’exemption directement auprès de la FITA. Si votre médecin vous prescrit un médicament interdit, demandez-lui si celui-ci peut être remplacé par un médicament permis. N’arrêtez jamais de prendre un médicament sous ordonnance sans avoir consulté votre médecin.

L’AMA a créé et maintient la liste des substances interdites. La liste est publiée sur le site Web de l’AMA. La liste change de temps à autre, selon les ajouts et les suppressions de substances. La liste comprend aussi les méthodes de dopage interdites comme le dopage sanguin. Il y a une chose importante à savoir lorsque vous consultez la liste. Le fait que le nom de la substance ne paraisse pas sur la liste ne signifie pas que la substance soit permise. En effet, certaines classes complètes ainsi que des « substances connexes » peuvent aussi être interdites. Si vous avez un doute au sujet d’un médicament que vous prenez, demandez l’assistance du CCES en envoyant un courriel à l’adresse indiquée sur son site.

Vous êtes le seul responsable des substances qui se trouvent dans votre organisme. Vous avez donc intérêt à comprendre et à respecter les règles antidopage.

Si vous avez des questions sur ces règlements, n’hésitez pas à communiquer avec moi à l’adresse ci-dessous.

Salutations distinguées.

Al Jenskey

Formation en contrôle antidopage, CHP

allen.jenskey@sympatico.ca

Le 2 mai 2004

FCA Anti-Doping Web Page

ADVISORY NOTE
 
The 2006 WADA Prohibited List: Summary of Revisions
 
(Ottawa, Ontario – October 3, 2005) – The Canadian Centre for Ethics in Sport (CCES) would like to summarize for the Canadian sport community the most significant revisions that will appear on the World Anti-Doping Agency (WADA) 2006 Prohibited List.  The new Prohibited List will replace WADA’s 2005 Prohibited List as of January 1, 2006.
http://www.cces.ca/forms/index.cfm?dsp=template&act=view3&template_id=194&lang=e&news_id=52
 
 

Welcome to the FCA’s anti-doping web page.  This page is intended to assist our members and all Canadian archers in finding information on anti-doping rules and issues from various organizations.

Anti-doping efforts in the world of sport were changed dramatically with the formation of the World Anti-Doping Agency (WADA) in 1999.  WADA is now “the” international organization that drives anti-doping rules and requirements for all sports.  In February of 2003, WADA released the final version of the World Anti-Doping Code that sets out the basic rules for anti-doping and doping control for all other organizations to follow.  The new Code has affected the rules of many other organizations, and the principles outlined in the Code are a mandatory requirement for all sports and countries to continue participation in international competitions, such as the Olympic Games.

In Canada, the primary organization for anti-doping is the Canadian Centre for Ethics in Sport (CCES).  The CCES has established rules and policies for all Canadian athletes, and conducts most of the doping control tests performed in Canada.  The rules outlined in the Canadian Anti-Doping Program of the CCES are aligned with the WADA Code.

FITA is the international body responsible for the sport of archery, and as a result of the WADA Code, FITA’s anti-doping rules have been modified to suit.

For more information on the above organizations, and the anti-doping rules that apply to you, please use the following links:

WADA Main web page http://www.wada-ama.org/en/t1.asp

CCES Main web page http://www.cces.ca/

FITA Anti-Doping Web page http://www.archery.org/doping/doping.html

General Information

The following are some general comments regarding the application of doping control rules, and some key issues that our members and all participants must take into consideration.

No matter what level you compete or participate at, it is your responsibility to know the rules that apply to you, and to comply with those rules.  Although doping is not a common occurrence in the sport of archery, any doping offence is treated very seriously, and have can dire consequences.  Although you may not be taking a drug or substance to gain a competitive advantage, simply having certain substances in your body can result in a positive test (known as an adverse analytical finding).  Anti-doping rules operate on the concept is known as “strict liability” where the intent to gain an advantage or to dope is not relevant to the finding of doping.  The rules are written in such as way that if you have a prohibited substance in your body, you are guilty of a doping offence (the concept of “innocent until proven guilty” does not apply).  A doping infraction and possible sanctions against you can be the result of being ignorant of the rules.  Even if a drug you are taking is medically necessary, you must declare its use to the proper authority in order to avoid an infraction if you are chosen for testing.

Although the majority of doping control testing is focused on higher level archers and athletes, random testing can be conducted at various tournaments that may lead to “recreational archers” being selected for doping control.  You do not have to be a member of any organization, national team, or be an Excellence member to be selected for testing.  Even if you have not signed a form or agreed to be tested, you can still be selected for testing.  Once selected, you must agree to the testing or face sanctions for refusing to be tested.  Because of this possibility, every archer should understand and follow the rules.

Be aware that many over the counter medications, herbal remedies, and nutritional supplements can result in a positive drug test.  In particular, herbal remedies and nutritional supplements present a risk to athletes because these substances are not highly regulated.  If you take such substances, be aware that the label ingredients may not reflect what is actually in the substance. 

Certain prescription medications are prohibited for all sports, and some are prohibited specifically for archery.  In certain circumstances, athletes can apply for a Therapeutic Use Exemption (TUE) if the prohibited medication they take is medically necessary.  This involves the prescribing physician filling out forms that outline the medical need for the substance in question, and these forms are submitted to the proper authority for approval.  For Canadian archers, the TUE process is handled primarily by the CCES, with a select number of top archers submitting their TUE applications directly to FITA for approval.  Where your physician prescribes a prohibited medication, please consult with him/her to understand if alternate medications that are allowed can be substituted.  Under no circumstances should you discontinue the use of a prescribed medication without first consulting your physician.

The list of prohibited substances is created and maintained by WADA, and can be found on the WADA web site.  This list does change from time to time as substances are added or subtracted from the list.  The list also includes prohibited methods of doping, such as blood doping.  One key point to consider when consulting this list for prohibited substances is that because you don’t see a particular substance by name on the list, it does not mean that this substance is allowed.  Entire classes of drugs can be prohibited, and also “related substances” can be prohibited.  If you are in doubt about a substance or medication you are taking please consult the CCES for assistance via the email address listed on their web site.

Please remember that you must understand that the final responsibility for what is in your body is yours alone, so it is in your best interest to understand and follow the anti-doping rules.

If you have any questions regarding these rules, please contact me at the address below.

Regards,

Al Jenskey

HPC Doping Control Education

allen.jenskey@sympatico.ca

 

May 2, 2004